Santé, problèmes courants

perrok-mars2012-020.jpg

Les calopsittes sont des oiseaux robustes qui, si elles sont bien entretenus, tombent rarement malades. Certains problèmes sont cependant observés plus couramment que d'autres. 

Les anomalies du plumages sont certainement les problèmes les plus fréquents chez les oiseaux en captivité. Les calopsittes ne font pas exception à la règle!

Régulièrement ils entrent en mue, cela signifie qu'ils renouvellent leur plumage, souvent de façon partielle. La mue peut durer plusieurs semaines et les plumes peuvent tomber à un rythme parfois impressionnant. Pas d'inquiétude cependant, ce phénomène est normal. Les premières mues chez les jeunes oiseaux sont à surveiller de près car elles sont lourdes et parfois difficiles. Tout au long de la mue on peut observer que les calopsittes sont moins actives, peut-être même plus irritables que d'ordinaie. Encore une fois il ne faut pas s'alarmer. Pour les aider à surmonter cette étape, il faut impérativement ajouter des aliments plus riches et des vitamines à leur menu quotidien. 

La mue peut être confondue avec des anomalies du plumage, qui n'ont pourtant rien à voir. Si pendant une mue un perroquet peut perdre beaucoup de plumes, jamais on ne doit pouvoir observer de pertes massives localisées qui laissent une parcelle de peau visible! Une alopécie peut avoir diverses causes, il faut rester prudent et bien observer les oiseaux. L'isolement est préférable en cas de doute. En général il s'agit de picage, ce qui signifie que l'oiseau s'arrache lui même les plumes (auto-picage), ou que les plumes sont arrachées par un autre individu (allo-picage). 

Souvent le picage est perçu comme un trouble d'ordre psychologique, mais il n'en est rien. La plupart des picages ont une origine physique! Un mal être interne peut provoquer un picage localisé (foie malade, troubles digestifs, tumeur) tout comme la présence de vers intestinaux. A ce sujet les calopsittes y sont très exposées. Elles adorent grignoter au sol, et quand il s'agit d'un sol naturel il y a de forts risques pour qu'elles ingurgitent des oeufs d'endoparasites. Si la plupart s'en accommodent et n'en souffrent pas, certaines le vivent très mal, parfois au point d'en mourir. Les calopsittes sont particulièrement touchées par les vers giardias (microscopiques et difficiles à détecter dans les fientes) ainsi que les ascaris (qui sont visibles à l'oeil nu). 

Un traitement préventif est donc de rigueur. En cas de giardiase il n'y a malheureusement pas grand chose à faire. La plupart des calopsittes sont porteuses et n'expriment aucun symptôme, mais certaines sont affaiblies par la présence de ces organismes dans leur tube digestif. Dans ce cas on peut observer de l'abattement, des fientes anormales, un amaigrissement, l'oiseau se démange et se pique généralement sous les ailes, puis les flancs. Malheureusement contre ce vers les traitements sont peu efficaces. La plupart des oiseaux survivent avec ce mal. 

Des maladies très graves telles que la PBFD peuvent également causer des alopécies. Chez les calopsittes, la PBFD se traduit surtout par une déformation, coloration anormale des plumes ainsi qu'une absence de poudre. Fort heureusement cette espèce semble moins sensible à ce virus que ses proches cousins les cacatoès! La décoloration des plumes ou au contraire un hyperchromisme doivent également être pris au sérieux.

Les oiseaux qui souffrent de carences présenteront aussi des troubles du plumages (lignes de stress, décoloration, repousse anormale, chute des plumes...). En période de reproduction, on peut constater un hyperchromisme chez certains oiseaux, les plumes poussent alors de couleur orange, au lieu d'être jaunes ou grises par exemple. Cela n'a rien d'une maladie, les prochaines seront normales une fois la reproduction terminée. 

Les troubles digestifs sont également très courants chez les calopsittes. La plupart sont heureusement bénins, car il est très courant de retrouver des fientes trop liquides ou anormalement colorées de temps en temps. En général elles sont causées par ce que l'oiseau a ingéré. S'il a mangé beaucoup de fruits et légumes riches en eau par exemple, les fientes seront liquides. Certains aliments comme la fraise peuvent colorer les fientes en brun/rouge. Si le problème s'estompe, il n'y a pas à s'inquiéter, au contraire s'il persiste, et en particulier s'il est associé à d'autres symptômes (fatigue, vomissement, amaigrissement, refus de s'alimenter) il ne faut pas tarder à montrer l'oiseau à un vétérinaire compétent!

Chez la plupart des espèces, lorsque les symptômes sont observables il est souvent déjà trop tard. Heureusement les calopsittes sont très costauds et se remettent mieux que bien des espèces! Mais il ne faut jamais tarder à prendre rendez-vous chez un vétérinaire spécialisé!

Les handicaps physiques peuvent s'installer dès le plus jeune âge, quand l'oisillon est encore au nid. Les luxations des pattes ne sont pas rares, il est facile d'y remédier très tôt, mais certains éleveurs ne s'en occupent pas. Les calopsittes atteintes par ce problème ne peuvent plus se percher normalement ni se déplacer sans difficultés. Malgré tout elles peuvent arriver à s'épanouir et se reproduire comme n'importe quel autre oiseau.

En revanche, l'incapacité de voler à cause d'une fracture non soignée, ou encore d'une malformation ou problème quelconque leur est bien plus difficile à vivre. Ces individus développeront le même mal être que les oiseaux qui ont subi la coupe des rémiges!

Il faut être plus attentifs avec ces handicapés qui peuvent avoir du mal à s'intégrer dans un groupe par exemple, ou à s'alimenter, s'abreuver tout simplement! 

Des cohabitations risquées peuvent aboutir à des amputations de membres. Un doigt voir une patte en moins ne pose souvent pas de problèmes à ces oiseaux très robustes! 

img-6914.jpgLes intoxications/empoisonnements peuvent résulter de l'ingestion ou de l'inhalation de produits toxiques présents dans l'environnement. Ces petits perroquets curieux n'hésitent pas à goûter tout ce qui passe à porter de bec! 

Les vapeurs de cuisines, fumées, fours à pyrolyse, vapeur de laque, de peinture, teinture pour cheveux peuvent également empoisonner un oiseau en quelques heures à peine! Prenez-garde au placement de la cage et à l'aération de la pièce, car les poumons des oiseaux sont extrêmement sensibles. 

Bien sûre, les calopsittes peuvent souffrir de nombreux autres problèmes de santé, qu'il serait impossible de détailler en entier sur ce site. Ces derniers sont les principaux, il faut se préparer à devoir y faire face mais surtout à les éviter. Avant toute adoption il est indispensable de savoir où emmener l'animal quand il va mal. Il ne faut jamais attendre car le temps presse! Il n'est pas certain qu'il s'en sorte, en particulier quand les symptômes sont très évidents. Ne tardez pas mais avant tout, il vaut mieux prévenir que guérir! Un bon entretien de la cage, des accessoires, une alimentation fraîche et de bonne qualité sont vos meilleurs alliés!

Margaux Deman, copyright 2014

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site