Apprivoiser sa calopsitte

 1375642-10202229092987899-685514201-n.jpg

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, deux oiseaux ne s'apprivoisent pas plus difficilement qu'un seul!


A deux, ils sont plus confiants, car la présence de l'autre est rassurante. Les perroquets apprennent aussi beaucoup par imitation, un individu timide peut venir vers vous en regardant un autre le faire.

Mais gagner la confiance d'une calopsitte demande un peu de patience et de motivation. Il faut être très attentif à leurs attitudes, ne pas insister s'ils ne sont pas réceptifs, et arrêter quand manifestement ils n'ont pas envie. Ces conseils s'appliquent à tous les oiseaux craintifs ou même agressifs qu'ils soient EAM, MAN ou EPP. Ils ne sont évidemment pas nécessaires pour ceux qui sont déjà très à l'aise et familiers.

img-7511.jpg

Les jeunes calopsittes sont plus faciles à convaincre que des individus plus âgés, cependant, la patience est toujours récompensée, même si l'apprivoisement est plus long, car il se peut que l'on mette des mois avant de franchir une nouvelle étape. Quoiqu'il en soit, il suffit d'y aller au rythme de l'animal pour avancer.

Il n'est pas utile de commencer dès l'arrivée des calopsittes à la maison! La contention, le trajet, le changement de soigneur, de cage, d'environnement les affectent beaucoup. Dans un premier temps il ne faut donc pas trop leur en demander. Leur parler de temps en temps, leur donner à boire et à manger ainsi que nettoyer la cage seront les seules choses à faire au début. Elles ont besoin de temps pour s'adapter à leur nouvelle vie.

Cette période est plus ou moins longue. Elle sera en général plus courte pour les oiseaux apprivoisés et bien socialisés, ainsi que les jeunes EPP qui s'accommodent bien de la présence de l'homme. Elle dépend également des individus, certains seront plus timides et d'autres seront déjà très à l'aise dès les premières heures!

Dès que les oiseaux chantent, ont pris leurs petites habitudes, qu'ils se déplacent dans la cage, jouent et l'ont déjà bien exploré, alors on peut commencer l'apprivoisement.

img-7455.jpg

Avant, il faut trouver LA friandise qui permettra de les attirer par le ventre, car c'est par là qu'il faut commencer. Très souvent, il s'agit du millet en grappe dont les oiseaux raffolent! Ou encore des graines de tournesol, qu'il faut cependant donner en quantité modérée car très grasses.

Quand vous vous approchez de la cage, vos calopsittes peuvent venir vous voir comme reculer de peur. Dans ce cas l'approche est différente, il faut toujours laisser le choix à l'animal de venir vers vous. Installez-vous assez près pour les intéresser, mais assez éloigné pour ne pas les effaroucher. Les perroquets sont des proies, vous êtes un prédateur, il faut donc éviter certains gestes ou attitudes qui pourraient leur faire peur comme les fixer dans les yeux en silence. Il faut beaucoup leur parler, siffler, les appeler par leurs noms qu'elles apprendront très vite. Ne pas s'installer au dessus d'elles mais à leur niveau, poser la main le plus délicatement possible contre les barreaux en dessous des oiseaux (jamais au dessus). Dès qu'ils ont un mouvement de recul, la retirer et recommencer en douceur.

Cet exercice consiste à habituer les oiseaux à la main, à ne pas en avoir peur. La main, surtout pour les oiseaux non apprivoisés est souvent synonyme de quelque chose de désagréable comme les manipulations ou contentions.

Une fois qu'ils ne manifestent plus de peur à l'égard de la main, on peut passer à l'étape supérieure.

A travers les barreaux d'abord, on leur propose leur friandise tout en leur parlant, en attendant calmement que les perruches viennent d'elles même. Si au bout de 5 à 10 minutes elles n'ont pas bougé, on arrête, on pose un morceau dans leur mangeoire et on recommence plus tard.

Au bout de quelques séances les oiseaux manifesteront de plus en plus de curiosité, et seront à l'aise. Ils finiront par venir manger leur friandise par eux même, d'abord avec hésitation, puis en toute confiance.

L'étape suivante consiste donc à leur proposer dans la cage. L'idéal est de placer un perchoir près de la porte, ce qui évite d'aller chercher les oiseaux tout au fond, ce qui a tendance à les appeurer. Le perchoir les invite à venir par eux même. Au bout d'un certain temps, ils n'auront plus peur de venir chercher la récompense et peut-être qu'ils commenceront déjà à poser leurs pattes sur votre main.

Il suffit ensuite de les attirer sur un perchoir que l'on tient avec l'autre main, ce qui rendra la dernière étape plus facile, en particulier pour les oiseaux qui ont tendance à mordre (ce qui est tout de même rare avec cette espèce).

Les exercices de vas et vient sur le perchoir facilitent la tâche, il suffit ensuite de remplacer le perchoir par le doigt, et très rapidement, si toutes les étapes ont été effectuées avec douceur et au rythme des oiseaux, ils ne tardent pas à grimper sans crainte puis se laisser transporter.

Bien que ces exercices soient basés sur l'appel du ventre, un lien de confiance se crée petit à petit, et vous constaterez que vos perroquets ne vous considèrent plus comme le prédateur potentiel des premiers jours! Ils peuvent même venir par plaisir ou curiosité sur votre main, sans pour autant y manger quelque chose.

L'apprivoisement peut être long, et parfois décourgeant, mais il ne faut jamais baisser les bras, car l'oiseau qui ne s'apprivoise pas n'existe pas! Pour la simple raison que des animaux tels que les perroquets sont capables d'apprendre tout au long de leur vie! Il n'est donc jamais trop tard! 

Une relation avec un oiseau se crée sur le long terme, au bout de plusieurs semaines ou plusieurs mois. En continuant à les choyer et vous en occuper, vos calopsittes se laisseront manipuler en toute confiance et vous considéreront véritablement comme un ami.

 

Margaux Deman, copyright 2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×