Éduquer sa calopsitte

 

 perrok-avril2012-072-resolution-de-l-ecran.jpg

Le terme d'éducation est souvent confondu avec le dressage. Ce dernier consiste à apprendre des tours qui n'ont pas vraiment d'utilité à priori. Alors que l'éducation en elle même consiste à apprendre des notions qui faciliteront le quotidien ou qui peuvent résoudre certains problèmes auxquels nous sommes confrontés avec nos calopsittes. Le terme approprié est la socialisation, qui consiste à simplement renforcer des comportements empathiques, sociaux et facilitants, que l'oiseau par nature, connaît déjà.

Le premier ordre à apprendre est appelé le "hop" (up) ou "grimpe" qui consiste à faire monter et redescendre de la main la calopsitte dès qu'on le lui demande. Ce geste a son utilité quand il s'agit de déplacer l'oiseau ou de le remettre dans sa cage. D'ailleurs, les oiseaux qui ne connaissent pas cet ordre sont plus difficiles à "contrôler", car ils savent que lorsqu'ils montent sur la main c'est pour retourner en cage ou être placés à un autre endroit, peut-être moins intéressant, ce qui les pousse à fuir la main. Il faut parfois plusieurs heures, même avec un oiseau très apprivoisé pour arriver à le replacer dans sa cage! Alors qu'une calopsitte qui connait bien le "hop", grimpe par automatisme et se laisse transporter en toute confiance.

perrok-avril2012-050.jpg

Que ce soit pour des oiseaux EAM, MAN ou EPP, s'ils sont déjà confiants il suffit de leur apprendre en présentant l'index ou la main bien parallèle aux pattes, légèrement au dessus et de les encourager avec leur gourmandise préférée en répétant le mot "hop" ou "monte" ou "grimpe"... peu importe. Petit à petit l'oiseau associe le geste avec le mot et finit par y répondre même sans la friandise. Toute réponse positive à l'ordre doit être encouragée, et quand l'oiseau y répond bien, il n'est plus nécessaire de le récompenser à chaque fois, le féliciter suffit amplement. Avec un peu d'entraînement, ce geste deviendra complètement automatique et même vous ne vous apercevrez plus quand vous l'utilisez!

Le rappel est le "hop" extrapolé au vol, avec un oiseau qui sait monter sur la main quand on lui demande, il n'est généralement pas difficile de l'inviter à s'envoler vers elle à ce même ordre. Le rappel est souvent une notion sous estimée, que beaucoup ne jugent pas utile ou qualifient de "tours". Cependant il s'agit surtout d'une sécurité supplémentaire si par malheur l'oiseau s'envole à l'extérieur ou se pose sur un endroit difficilement accessible. Bien entraîné il reviendra plus facilement qu'un oiseau qui n'a pas acquis cette notion, et qui préfèrera qu'on vienne le chercher!

En général les calopsittes sont des perroquets très peu portés à mordre, elles préfèrent "râler" et feuler quand quelque chose ne leur plait pas et passent rarement à l'attaque! Ou ce que l'on qualifie de "morsure" ne sera qu'un léger pincement indolore. Même si cela n'est pas douloureux, il ne faut pas les encourager, car une calopsitte peut finir par pincer pour un oui ou pour un non si l'on n'a pas dès le départ une attitude adéquate face à un tel comportement. Avant d'agir il faut comprendre la morsure, car celle-ci peut avoir diverses raisons: la peur, la protection du territoire, du partenaire, par jalousie ou manifester un mécontentement, quand on les dérange en pleine activité par exemple. Si c'est par peur on n'agira pas de la même façon que si c'est par agressivité "pure". Dans ce cas il ne faut pas réagir à une morsure, ne pas montrer sa douleur, même si c'est difficile. Il ne faut JAMAIS gronder la calopsitte, car cela lui indiqueraient qu'elle aurait eu l'effet souhaité! Il faut simplement interrompre l'interaction, la faire monter sur sa cage et l'ignorer quelques minutes (si nécessaire). Les calopsittes comme tous les perroquets sociaux détestent être ignorées!

juillet-2012-madere-204-1024x768.jpg

La punir dans sa cage et la gronder ne serviraient à rien, la cage ne doit pas être associée à un élément négatif et votre calopsitte ne comprendrait pas votre réaction. Si c'est par peur il faut agir tout autrement, le but n'est pas de vous faire mal mais de vous garder à distance. Il ne s'agit donc pas de punir l'oiseau pour un geste tout à fait compréhensible! Dans ce cas il vaut mieux ne pas réagir, retirer la main en silence et tenter de l'apaiser en le laissant au calme ou en lui parlant.

Les calopsittes ont cependant une attitude tout à fait prévisible avant de passer à l'attaque, elles abaissent leur huppe et ouvrent le bec. Il est donc facile d'éviter une morsure. Celle-ci est cependant un comportement normal si elle reste modérée, car les perroquets communiquent énormément avec le toucher, soit le bec. Sachez aussi que les calopsittes aux ailes taillées auront tendance à mordre plus facilement car elles ne peuvent fuir un danger. Un oiseau aux ailes pleines dans une situation gênante préférera naturellement s'enfuir.

Il faut aussi leur apprendre à accepter de rentrer en cage/volière, beaucoup de calopsittes s'envolent et refusent qu'on les approche quand il est l'heure! Il ne faut donc pas oublier de les récompenser après chaque tentative fructueuse, elles ne se feront pas prier si une récompense les attend à l'arrivée! Ce peut être de la nourriture, ou un jeu qu'elles apprécient et qui les occupera. La cage ne doit pas être synonyme d'isolement, sinon elles feront toujours le lien et refuseront de rentrer malgré la récompense.

Il est inutile d'essayer de leur apprendre à faire leurs fientes au même endroit. Les oiseaux n'ont pas de sphincter, ce qui les empêche de se retenir, elles font donc n'importe où sans se soucier. Leur apprendre la propreté peut les pousser à se retenir ou à se forcer quand elles n'ont pas envie, ce qui peut à la longue être dangereux. Certains oiseaux se sont retrouvés avec le cloaque enflé, irrité ou infecté.

N'oubliez jamais de récompenser les bons comportements et d'ignorer les mauvais plutôt que d'y réagir, car une réaction, même quelconque est souvent perçue comme un encouragement pour un perroquet. 

Que ce soit quand l'oiseau parle au lieu de crier, quand il joue avec ses jouets au lieu de s'attaquer au mobilier, quand il reste calme et docile au lieu de faire sa tête de mule! Le renforcement positif est ce qu'il y a de plus efficace et surtout il permet, en même temps que d'éduquer, de renforcer les liens avec l'oiseau.

Les perroquets réagissent très mal au renforcement négatif, en particulier aux gestes violents! Il ne faut jamais se montrer agressif avec un perroquet! Cela pourrait briser la confiance que votre compagnon avait en vous, et, dans le pire des cas, générer une phobie envers la main où l'objet qui l'a menacé. La violence ne résout rien, votre animal ne comprendra pas votre réaction, et réagira en conséquence. Si vous êtes énervé, alors passez votre chemin, pensez avant tout qu'elle ne retiendra pas la leçon, et songez à toutes ses heures d'apprivoisement perdues pour un certain temps!

Les animaux ne sont pas des souffres douleurs, les perroquets sont des proies, d'une sensibilité à fleur de peau! Leur éducation n'a rien de comparable à celle d'un chien ou d'un chat, mais se rapproche plus de l'éthologie du cheval. 

Margaux Deman, copyright 2014

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site